Les voitures électriques sont-elles vraiment plus écologiques ?

Les voitures électriques sont nettement plus écologiques que les voitures traditionnelles.Il n’y a pas de pollution due aux gaz d’échappement. Cependant, même lorsqu’elles approchent de la fin de leur vie utile, elles continuent d’émettre des toxines.

Il est bien connu que les automobiles sont dangereuses pour l’environnement. Une voiture type émet environ 4,6 tonnes de CO2 par an. Si chaque ménage possède une voiture, environ 134 320 000 tonnes de CO2 sont rejetées dans l’atmosphère chaque année, ce qui est comparable à environ 80 000 000 allers-retours entre Londres et New York.

Les voitures électriques, quant à elles, se sont révélées écologiquement inoffensives au cours de la dernière décennie. Mais qu’en est-il de leur respect de l’environnement ? Est-il possible de l’améliorer ? Dans quelle mesure sont-elles plus respectueuses de l’environnement que les automobiles utilisant des combustibles fossiles ? Il est fort probable que vous vous posiez de nombreuses questions en ce moment même, et nous avons les réponses.

Voiture électrique vs Voiture Thermique

Soyons clairs , les voitures électriques sont beaucoup plus respectueuses de l’environnement que leurs cousines thermiques. Nous devons abandonner les combustibles fossiles aussi rapidement que possible.

Cela ne veut pas dire que les voitures électriques sont totalement bénéfiques pour l’environnement. Il reste encore un long chemin à parcourir avant que les véhicules électriques ne soient totalement écologiques, mais pour l’instant, ils constituent l’une des meilleures options disponibles.

Les voitures électriques sont-elles vraiment plus écologiques ?

Qu’est-ce qui, dans ces véhicules, fait des ravages sur l’environnement ?

L’impact environnemental des voitures électriques

La bonne nouvelle, c’est que les conducteurs de VE ne contribuent pas à la pollution de l’air en émettant du dioxyde de carbone lorsqu’ils conduisent. Par conséquent, plus la proportion de véhicules électriques sur les routes est importante, meilleure est la qualité de l’air.

Autre   Quels sont les engagements de l'Accord de Paris ?

Les voitures électriques, en plus d’être plus écologiques, contribuent à réduire la pollution sonore urbaine.

Les choses s’améliorent peut-être pour les voitures électriques routières, mais qu’en est-il de celles qui ne voient jamais la route ? C’est une autre histoire…

Produire une voiture électrique est très polluant

C’est avant de quitter l’usine que les voitures électriques ont le plus d’impact sur l’environnement.

La production de véhicules électriques émet 59 % de dioxyde de carbone en plus que les automobiles traditionnelles à moteur à combustion interne. La technique de fabrication des batteries est largement en cause.

Le lieu de production d’un véhicule électrique a un impact direct sur la quantité de pollution qu’il émet. La majeure partie des batteries de véhicules dans le monde est fabriquée dans des pays où les émissions de dioxyde de carbone par habitant sont élevées, comme la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

Selon une estimation de l’AEE, la consommation d’électricité pour la production de batteries représente 35 à 50 % des émissions totales liées à la fabrication des véhicules électriques en Chine. C’est jusqu’à trois fois plus qu’aux États-Unis. Pourtant, si toute l’électricité était produite par l’énergie éolienne, la Chine pourrait réduire de moitié les émissions liées à la phase de fabrication.

voiture électrique

Composants utilisés dans la fabrication des batteries

Les batteries au lithium, qui alimentent les voitures électriques, sont fabriquées à partir de métaux de base dont l’extraction nécessite beaucoup d’énergie, comme le cuivre, l’aluminium et le fer. En raison de cette technique à forte teneur en carbone, certains affirment que les véhicules électriques ne sont pas aussi bénéfiques pour l’environnement qu’il n’y paraît.

Autre   L'effet albédo : son importance pour le changement climatique

L’Institut de recherche économique allemand a même prévu que les voitures électriques n’auraient que peu d’influence sur les émissions de CO2 de l’Allemagne dans les années à venir. Selon l’Institut, les émissions de CO2 des véhicules électriques à batterie ne sont que légèrement supérieures à celles des moteurs diesel.

Pourtant, des résultats contradictoires ont été découverts dans d’autres études allemandes récentes sur les automobiles électriques. Il a été démontré que les véhicules électriques réduisent les émissions de 43 % par rapport aux véhicules diesel.

Les déchets électroniques s’accumulent dans les décharges et il n’existe actuellement aucune méthode normalisée pour le recyclage des batteries.

Comment une voiture tire-t-elle son énergie ?

Les gouvernements du monde entier s’efforcent d’obtenir des énergies plus propres afin d’atteindre les objectifs climatiques de l’accord de Paris. Bonne nouvelle pour les amateurs de VE : une fois sorties de l’usine, les voitures électriques peuvent être neutres en carbone.

Actuellement, la plupart des VE contribuent aux émissions de la France car ils utilisent le réseau électrique national, proposé par EDF.

Cependant, l’augmentation des sources d’énergie renouvelables dans le réseau électrique augmente la possibilité que les VE puissent bientôt fonctionner entièrement avec de l’énergie verte (et même restituer de l’énergie, grâce aux chargeurs de véhicule au réseau).

EDF, un acteur important de la production d’électricité en France, a publié et continuera de publier une évaluation du cycle de vie du parc nucléaire français. Au final, le kilowattheure nucléaire français génère moins de 4 grammes de CO2.

Combien de temps faut-il conduire une voiture électrique avant de pouvoir prétendre être « passé au vert » ?

Selon Reuters, le propriétaire typique d’une voiture électrique doit parcourir environ 21 725 kilomètres avant que son véhicule ne soit considéré comme écologiquement inoffensif.

Néanmoins, cela dépend d’une série de facteurs, notamment l’autonomie du véhicule électrique, l’efficacité des voitures à essence et la fourniture de l’énergie nécessaire pour recharger les véhicules électriques.

Autre   Le concept innovant de Nous Anti-Gaspi

Le scénario suivant, par exemple, implique une Tesla 3 fonctionnant aux États-Unis, où les centrales au charbon fournissent 23 % de l’électricité. En revanche, en Norvège, où la quasi-totalité de l’énergie est produite par l’hydroélectricité, la même Tesla serait totalement verte après seulement 13 500 km de conduite.

La recharge d’un véhicule électrique à partir d’un système solaire domestique pourrait réduire considérablement le temps nécessaire pour devenir écologique.

Les effets positifs et négatifs des véhicules électriques sur l’environnement.

Avantages

Il n’y a pas d’émissions de gaz d’échappement.

Qualité de l’air

La pollution sonore a été réduite au minimum.

Inconvénients

Des polluants sont tout de même produits au cours du processus de production.

Si le véhicule est alimenté par un carburant à forte teneur en carbone, il émet encore une quantité importante de polluants.

Les voitures électriques sont-elles la voie de l’avenir ?

Il y aura plusieurs millions de voitures électriques sur les routes d’ici 2040, et ce chiffre devrait encore augmenter. Il ne fait aucun doute que les voitures électriques alimentées par des batteries sont la vague de l’avenir pour les rues métropolitaines.

Même si les voitures électriques sont plus populaires dans d’autres pays, le gouvernement japonais pourrait augmenter les chances de l’hydrogène en investissant de manière significative dans cette technologie.

La production de véhicules électriques est actuellement la principale préoccupation environnementale. Les automobiles électriques émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre pendant leur durée de vie que les véhicules alimentés par des combustibles fossiles, quelle que soit l’origine de l’énergie.

Alors que la planète s’efforce d’accroître son utilisation des énergies renouvelables, les voitures électriques deviendront encore plus durables. Si l’intensité carbonique mondiale est réduite de 30 %, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production de batteries pourraient être réduites de 17 % d’ici à 2030.

Conclusion

Il est évident qu’il y a certains problèmes à résoudre dans la construction de voitures électriques. Cependant, le transport représente environ 24 % des émissions mondiales de CO2, et le passage aux VE est donc une étape positive.

Les clients peuvent désormais choisir entre l’achat d’un véhicule à combustible fossile qui rejette éternellement des polluants et celui d’un véhicule électrique qui, s’il est alimenté par une énergie renouvelable, cesse d’émettre du dioxyde de carbone dès qu’il sort de l’usine.