Peut-on compenser le coût carbone de notre voyage en avion ?


Une compensation de CO2 odoit aider à compenser les émissions qui résultent par exemple des voyages en avion. Mais les critiques s’accumulent autour de la compensation.

Il est bien connu que les voyages en avion sont extrêmement problématiques d’un point de vue environnemental – nous discutons aujourd’hui trop massivement du changement climatique et des taxes sur le CO2. Pour se rendre compte de la quantité de vols actuels, il suffit de jeter un coup d’œil sur flightradar24.com.


Celui qui veut ménager le climat peut passer des vacances plus respectueuses du climat. Voici quelques idées : Nous pouvons ne pas prendre l’avion du tout ou moins souvent, prendre des vacances à proximité ou voyager en bus ou en train, qui produisent tous deux nettement moins de CO2 que l’avion. Prendre l’avion moins souvent signifie également rester plus longtemps à destination au lieu de faire plusieurs courts séjours.

L’industrie du voyage propose une deuxième solution : Compenser les émissions de CO2 en voyageant.
Pour ce faire, on calcule la quantité d’émissions de CO2 émises et on achète des certificats de compensation qui confirment que la même quantité de CO2 a été capturée, évitée ou n’a pas été émise ailleurs grâce à des projets de protection du climat. Cette compensation de CO2 est censée compenser les propres émissions, et elle est particulièrement appréciée pour les vols.

Les émissions de CO2 peuvent être calculées


En 2020, les citoyens de l’UE ont produit en moyenne 7,4 tonnes d’émissions d’équivalent CO2 par an et par personne. C’est presque 9 tonnes pour les français.

Les voyages pèsent particulièrement lourd dans la balance. Une personne voyageant en autocar produit 37 grammes de CO2 par kilomètre, en avion 271 grammes. Un voyage en avion de 1.600 kilomètres produit 0,3 tonne de CO2, et déjà 0,6 tonne avec le vol de retour. Un vol aller-retour vers l’Australie (environ 32.200 kilomètres au total) représente déjà 5,7 tonnes.

Autre   Découvrez les villes en Laponie

Parallèlement, nous voulons, en tant qu’humanité, réduire les émissions de CO2 à un niveau qui limite l’effet de serre. Si l’on convertit la quantité totale autorisée en individus, chacun d’entre nous reçoit un « budget compatible avec le climat ». Et celui-ci est estimé à seulement 1,5 tonne de CO2.

En bref : nous vivons bien au-dessus de notre budget et un seul vol de vacances en Europe engloutit déjà plus de la moitié du budget annuel de CO2, un vol outre-mer bien plus.

Peut-on compenser nos émissions ?

La première chose à fair een paralèlle, c’est réduire ces émissions.


La compensation de CO2 doit contribuer à réduire nos émissions. L’idée est qu’au final, l’ensemble du système soit climatiquement neutre ou, plus exactement, neutre en termes de CO2. Les personnes qui voyagent versent de l’argent à des projets de protection du climat afin de lier les gaz à effet de serre. On y plante par exemple des arbres ou on réensemence des marais asséchés, car ceux-ci fixent le CO2. Il existe également des projets qui encouragent le développement des énergies renouvelables et empêchent ainsi les émissions.

La terre se réchauffe, les pôles fondent et le niveau des mers monte, les phénomènes météorologiques sont plus violents que d’habitude et provoquent ici des inondations, là des sécheresses. La compensation des émissions de CO2 doit être un moyen pour chaque consommateur d’agir contre cette évolution. Et c’est un jeu d’enfant : il suffit de s’inscrire sur le site web d’un fournisseur de compensation de CO2, de donner des informations sur le voyage prévu (- d’où à où, quel moyen de transport, etc. – ) et de choisir un projet de compensation. Ensuite, on paie la somme indiquée.

D’ailleurs, il est possible de compenser non seulement un vol, mais aussi un voyage en voiture ou en bus … ou encore l’ensemble de son budget CO2 annuel.

Critique de la compensation des émissions de CO2


Ces dernières années, de nombreuses enquêtes ont jeté le doute sur la compensation de CO2 et divers projets de protection du climat. L’ONU vendrait même des certificats CO2 inefficaces dans sa propre boutique en ligne.

Les certificats de l’ONU ne sont pas les seuls à faire l’objet de critiques : une nouvelle enquête du Zeit et du Guardian a critiqué Verra, le leader mondial de la certification des compensations de CO2. Il est reproché à Verra d’avoir souvent surestimé sa contribution à la protection du climat dans de nombreux projets de protection de la forêt tropicale. Une grande partie des certificats de CO2 avec lesquels les entreprises compensent leurs émissions dans le monde entier serait donc sans valeur.

Autre   Comment appelle-t-on les habitants de Dubaï ?

Le problème : le commerce des certificats de CO2 manque souvent de transparence et il existe de nombreuses ambiguïtés. D’autres analyses arrivent également à la conclusion qu’il existe des problèmes massifs d’intégrité des certificats.

Ceux qui prennent l’avion devraient compenser leurs émissions de CO2.

La compensation des émissions de CO2 est-elle une absurdité?

Droit de polluer pour les riches :


On part du principe que ce sont surtout les personnes à hauts revenus qui émettent plus de CO2, car elles peuvent se permettre plus de choses : des appartements plus grands (à chauffer), plus de vols long-courriers, plus de voitures et des voitures plus grandes… En même temps, elles ont plutôt l’argent pour une compensation de CO2. En poussant le raisonnement jusqu’au bout et en exagérant un peu, nous accordons aux personnes à hauts revenus un droit plus élevé à la destruction de l’environnement, généralement compensé par des projets dans les pays pauvres. (Mais si on ne les inclut pas dans l’obligation de compensation, cela n’aurait pas de sens non plus).

Un calcul peu clair :


Comment chiffre-t-on exactement un dommage climatique ? Chacun le fait différemment : le calcul de l’empreinte écologique donne des résultats très différents, comme le montrent les exemples cités plus haut. Lorsqu’ils ont calculé les émissions de CO2 d’un même trajet, différents calculateurs ont obtenu des résultats différents.

Compenser évite d’éviter :


De nombreux projets de compensation des émissions de CO2 ont lieu dans les pays du Sud, car il est moins cher d’y compenser. Cela ne rend pas automatiquement les choses pires, mais cela réduit dans certaines circonstances la motivation des pays industrialisés à éviter eux-mêmes les émissions. Après tout, il est moins cher d' »acheter » dans les pays du Sud une prévention ou une séquestration du CO2 à bas prix. Et d’un point de vue purement économique, cela peut même être vrai, mais cela détourne tout de même l’argent des pays riches vers les pays pauvres.

Autre   Les modes de transport verts pour vos déplacements

Les projets environnementaux interviennent dans des pays étrangers :


Lorsque de l’argent de pays riches est versé dans des pays pauvres pour des projets environnementaux, cela interfère inévitablement avec leurs structures. Ce que nous considérons comme bon et juste peut alors conduire un fournisseur local à la ruine ou avoir d’autres conséquences négatives dans la région, que nous ne pouvons finalement pas prévoir.

Est-il judicieux de compenser les émissions de CO2 ?


Faut-il donc partir en vacances sans compensation ? Cela n’aide évidemment pas le climat. Plusieurs experts ont confirmé qu’il est judicieux que les entreprises et les consommateurs compensent volontairement les émissions de CO2, mais avec certaines restrictions.

La compensation du CO2 n’a de sens que si elle compense des émissions qui ne peuvent pas être évitées. Cela fait donc une différence si l’on veut compenser un voyage d’affaires inévitable ou le troisième voyage de vacances spontané en avion. Il existe toutefois de nombreux certificats de CO2 inefficaces qu’il est difficile de distinguer des certificats efficaces. Il n’est donc pas certain que l’on compense le CO2 émis par un don. Néanmoins, les projets sérieux de protection du climat profitent du fait qu’on les soutienne par un don.

Alternative : acheter des droits d’émission de CO2


Reconnaître une compensation de CO2 sérieuse n’est pas chose facile, surtout pour les non-initiés. Il existe pourtant d’autres options : Il est par exemple possible d’acheter des droits d’émission de CO2 au lieu de certificats de CO2. Ces droits d’émission font partie du système d’échange de quotas d’émission et fonctionnent comme suit :

Si une entreprise souhaite rejeter du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, elle a besoin de droits d’émission en Europe. Un certificat CO2 donne le droit de produire une tonne de dioxyde de carbone au cours d’une période donnée. À la fin de la période définie, certaines entreprises doivent prouver que toutes leurs émissions sont couvertes par des quotas. Elles doivent acheter ces certificats via le système européen d’échange de quotas d’émission – les entreprises doivent donc supporter des coûts supplémentaires. La quantité de droits d’émission de CO2 est limitée.

Conclusion


La compensation de CO2 peut permettre de faire avancer les projets de protection climatique les plus divers, d’assécher les marais et de reboiser les forêts. Mais la contribution de compensation ne peut souvent pas compenser totalement les gaz émis, comme le promettent de nombreux prestataires. Le mieux est d’abandonner cette idée et de se fixer d’autres objectifs, à savoir : soutenir des projets sérieux de protection du climat et émettre le moins possible de gaz à effet de serre. Cela peut se faire par exemple de la manière suivante : prendre moins l’avion, faire plus souvent du covoiturage, devenir un peu plus végétalien.