Adieu les autoroutes à 130 km/h ! La nouvelle limitation choc de l’UE

Chers automobilistes, préparez-vous à un changement radical. Dès 2025, il vous faudra dire adieu aux longues lignes droites sur autoroute où l’on peut laisser filer la voiture à 130 km/h. Le Parlement européen vient d’adopter une mesure choc : la limitation de vitesse à 100 km/h maximum sur tous les réseaux autoroutiers des pays membres.

Cette décision controversée a été prise dans un double objectif : lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de CO2 des véhicules, et renforcer la sécurité routière en abaissant les risques d’accidents graves.

Dès le 1er janvier 2025, tous les États devront s’y conformer. Finie la possibilité d’appuyer sur l’accélérateur au-delà de 100 km/h sans risquer une lourde amende. Les montants et système de retrait de points restent à définir par chaque pays, mais les dépassements seront sévèrement sanctionnés.

Un coup de frein vert sur nos autoroutes

Bien que critiquée, cette mesure fait l’objet d’un large soutien des défenseurs de l’environnement. En effet, rouler à 100 km/h plutôt que 130 km/h permet d’abaisser la consommation de carburant d’environ 20%, soit des économies substantielles pour les automobilistes, mais surtout une importante réduction des émissions de gaz à effet de serre.

« C’est une étape nécessaire dans la lutte contre le réchauffement climatique. Même si elle peut sembler contraignante, cette limitation de vitesse nous rapproche des objectifs de l’Accord de Paris pour contenir le dérèglement du climat », affirme Clara Delange, porte-parole du Réseau Action Climat France.

Autre   Valobat

Cependant, les associations d’automobilistes et routiers s’insurgent contre cette nouvelle norme. « C’est une aberration qui va compliquer le trafic sur les autoroutes et ralentir tous les voyages », tonne Jérôme Lambert, président de l’association nationale Automobiles Clubs Associés.

« Pour les transporteurs routiers, c’est économiquement désastreux. Chaque trajet sera allongé d’au moins 20%, avec une hausse des coûts et des délais insoutenables », renchérit Marc Oudin, porte-parole de l’Union Nationale des Fédérations de Transports Routiers.

Plus vite que 100 km/h, vous risquez une lourde amende dès 2025 !

Au-delà des oppositions, cette réglementation sera obligatoire et strictement appliquée. Les amendes pour excès de vitesse au-dessus de 100 km/h sur autoroute devraient être très lourdes, même si les montants exacts restent à définir par chaque État membre.

De plus, un système de retrait de points de permis sera mis en place. Concrètement, un simple dépassement à 120 km/h pourrait vous faire perdre 2 ou 3 points selon les pays. À 150 km/h, on pourrait frôler le retrait total de permis pour certains grands excès.

Les forces de l’ordre s’attendent à devoir sévir dès 2025 auprès des nombreux réfractaires, notamment durant la période d’adaptation. « On misera sur une large campagne de prévention dans un premier temps, mais les excès seront rapidement verbalisés », prévient un responsable de la Sécurité Routière.

Bientôt un essor des véhicules électriques sur nos autoroutes ?

Cette mesure radicale pourrait aussi avoir un effet d’accélération sur la transition vers les véhicules électriques. En effet, avec une vitesse limitée à 100 km/h, la baisse d’autonomie des modèles électriques sera beaucoup moins pénalisante.

Autre   Leyton : Libérez les Superpuissances de Votre Entreprise

« Les voitures électriques ont souvent une autonomie réduite à haute vitesse. Limiter la vitesse à 100 km/h permet de lever ce frein à l’adoption du véhicule électrique« , analyse Bertrand Camus, expert en mobilités durables. De nombreux constructeurs automobiles pourraient donc en profiter pour accélérer leurs plans de transition vers l’électrique.

Mais cette perspective est loin de convaincre tous les automobilistes, surtout ceux qui ont l’habitude des longues distances sur autoroute. « Je refuse d’être bridé à 100 km/h dans ma grosse berline thermique ! C’est une aberration anti-libertés qui va pourrir nos week-ends et vacances », peste Marc, un routier du Sud-Ouest.

100 km/h max : un gain pour la sécurité routière ?

Si l’impact écologique fait débat, la mesure devrait en revanche permettre une nette amélioration de la sécurité sur les autoroutes. Selon les estimations des experts, dimensionner la vitesse maximum à 100 km/h au lieu de 130 km/h permettrait de réduire de 25% le nombre d’accidents graves et de sauver des centaines de vies chaque année.

« La vitesse excessive est l’une des premières causes d’accidents mortels, souligne Frédéric Loiseau, président de l’association Sécurité Routière. En modérant les vitesses pratiquées, cette mesure diminuera mathématiquement le nombre de drames sur nos routes. »

Mais pour certains spécialistes, l’effet pourrait être moindre que prévu. « Les deux tiers des accidents mortels ont lieu à des vitesses inférieures à 100 km/h. L’impact sera limité si on ne s’attaque pas à d’autres facteurs comme l’inattention au volant ou l’alcool », nuance José Garcia, chercheur en accidentologie routière.

100 km/h, un premier pas avant d’autres mesures choc ?

Nombreux sont les observateurs à voir dans cette limitation de vitesse à 100 km/h un premier pas vers des restrictions bien plus radicales pour les automobilistes. Des rumeurs évoquent en effet la possibilité d’une généralisation dans les années à venir de cette norme à l’ensemble des routes, y compris en zone urbaine.

Autre   Eunice Newton Foote : la pionnière oubliée qui a défié les normes pour révéler l'effet de serre

D’autres options drastiques sont aussi sur la table selon certaines indiscrétions: la généralisation des radars tourelle pour traquer les moindres excès de vitesse, ou l’obligation d’installer dans les véhicules un régulateur de vitesse intelligent qui bloquerait automatiquement le dépassement des limitations en vigueur.

« C’est une stratégie d’étapes successives pour nous sevrer progressivement de la voiture individuelle », s’insurge Gérard Poulard, vice-président du puissant lobby francilien des Amis de la Route. « On commence par ralentir tout le monde à 100 km/h, sous couvert d’écologie et de sécurité. Et ensuite on resserrera l’étau petit à petit jusqu’à l’interdiction pure et simple de rouler ! »

Coup de frein sur la mobilité et l’économie ?

Face à ces craintes d’une nouvelle offensive anti-voiture, les associations professionnelles de transportion s’inquiètent aussi des impacts économiques désastreux de ces limitations de vitesse à venir. Pour la FNTV, la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs, « restreindre la vitesse va poser d’immenses problèmes d’exploitation pour tous les transporteurs routiers de personnes. »

« Cela va engendrer des retards colossaux sur les liaisons d’autocars et rallonger considérablement les temps de voyage, explique leur porte-parole. Au final, c’est un manque à gagner de plusieurs milliards d’euros chaque année pour notre secteur ! »

Des arguments balayés sans ménagement par les défenseurs de l’environnement: « Ces lobbys du tout-routier défendent des intérêts purement égoïstes sans se préoccuper de l’urgence climatique !, tacle Paul Hermelin, président de l’ONG Les Survivalistes. Il est temps de changer de modèle, quitte à bousculer quelques situations confortables ! »

Vers un changement de paradigme dans la mobilité ?

Cette polémique sur la limitation à 100 km/h cristallise en réalité un débat bien plus large sur l’avenir de la mobilité individuelle. Pour les défenseurs de l’environnement, elle représente un symbole fort envoyé aux citoyens: il est désormais impératif de repenser nos modes de transport et nos habitudes de déplacement.