Tout ce qu’il faut savoir pour se former en agriculture urbaine professionnelle

L’essor de l’agriculture urbaine : un avenir prometteur

Longtemps reléguée aux espaces ruraux, l’agriculture fait un retour remarqué dans les villes depuis une dizaine d’années. Cette réintroduction de la production alimentaire au cœur des zones urbaines répond à de multiples enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. Diminuer l’empreinte carbone liée au transport des aliments, favoriser les circuits courts, réintroduire de la nature en ville ou encore réduire l’insécurité alimentaire dans certains quartiers : les bénéfices de l’agriculture urbaine sont nombreux.

Et les chiffres montrent que cette tendance ne fait que commencer. Selon une étude de l’Observatoire Mondial des Mouvements Urbains, les surfaces d’agriculture urbaine professionnelle en France ont été multipliées par 6 entre 2012 et 2022, passant de 200 à près de 1200 hectares. Dans le même temps, le nombre de fermes urbaines a triplé pour atteindre plus de 800 structures sur le territoire.

Ce formidable essor trouve sa source dans différents facteurs étroitement liés. La prise de conscience écologique grandissante, le besoin de renouer avec la production locale et les questionnements autour de notre système alimentaire globalisé y ont largement contribué. Les politiques publiques visant à végétaliser les villes et l’engouement des citadins, notamment les jeunes, pour ces nouvelles pratiques agricoles de proximité ont également joué un rôle moteur.

Panorama des principales formations

Face à cette demande croissante pour une agriculture plus humaine et durable, l’offre de formations spécialisées s’est considérablement développée ces dernières années. Que l’on soit étudiant en quête d’un premier diplôme ou bien professionnel en reconversion, de nombreux cursus répondent à tous les niveaux et parcours.

Autre   Aide Poêle à bois

Parmi les programmes phares, la licence professionnelle « Agricultures urbaines et périurbaines » fait référence. Dispensée par l’Université de Nantes en partenariat avec plusieurs écoles spécialisées, elle forme en un an les futurs spécialistes. Au programme : techniques de production agricole hors-sol, conduite de projet, communication et commercialisation, réglementation et développement durable. L’aspect pratique est également mis en avant avec de nombreux travaux de terrain et un stage obligatoire de 16 semaines minimum.

Pour les personnes souhaitant se spécialiser de manière plus approfondie, un master « Ingénierie de projets en agriculture urbaine » est également accessible après une formation de type licence générale. Là encore, une alternance de cours théoriques et d’applications concrètes permet d’être opérationnel sur tous les aspects d’un projet d’agriculture en milieu urbain dense, des études de faisabilité à la gestion de chantier.

L’École du Breuil fait aussi référence avec son Brevet Professionnel de Responsable d’Entreprise Agricole (BPREA) spécialisé « Fermes agroécologiques urbaines et périurbaines ». Cette formation en alternance sur deux ans prépare au métier d’agriculteur urbain de A à Z, de l’installation à la gestion quotidienne.

D’autres structures comme AgroParisTech, le Centre de Formation et de Recherche en Agriculture Biologique (CFPPA) du Rhône ou l’association Veni Verdi proposent également des cursus axés agriculture urbaine. Avec des dominantes variées (production, aménagement paysager, consulting…), les possibilités de se former selon son projet sont nombreuses.

Quelles compétences pour l’agriculture urbaine ?

Se former aux métiers de l’agriculture urbaine, c’est acquérir un large éventail de compétences techniques, organisationnelles et stratégiques. Maîtriser les spécificités de la production agricole en milieu contraint tout en intégrant les enjeux urbains représente le défi principal.

Sur le volet purement agricole, les formations transmettent les techniques adaptées aux espaces restreints et aux conditions particulières : cultures hors-sol, serres mobiles, toits végétalisés, permaculture, aquaponie, etc. Une connaissance fine de l’agronomie urbaine, de la gestion des intrants et du cycle de l’eau est indispensable.

Autre   Comment chauffer l'eau d'une piscine gratuitement ?

Mais ce n’est pas tout. L’agriculture urbaine nécessite aussi de solides bases en urbanisme, architecture et aménagement paysager. Concevoir de véritables projets agricoles intégrés au tissu urbain, en adéquation avec les besoins des habitants, requiert une vision transversale et systémique. Manier les notions d’écologie, de biodiversité et de circuits courts est primordial.

Au-delà des aspects techniques, les formations cultivent des compétences managériales essentielles : gestion de projet, communication, commercialisation, montage de dossiers… Travailler avec de multiples parties prenantes (aménageurs, collectivités, architectes, bailleurs…) est incontournable. Une aisance relationnelle et une capacité d’adaptation sont des atouts majeurs.

Témoignages d’étudiants et success stories

Chaque année, des centaines d’étudiants et professionnels en reconversion se lancent dans ces formations passion nantes en agriculture urbaine. Voici quelques témoignages inspirants :

« Après 10 ans dans le marketing, je voulais me reconvertir vers un métier plus concret et en phase avec mes valeurs. J’ai donc rejoint la Licence Pro d’Agricultures Urbaines de Nantes en 2021. Un cursus exigeant mais tellement enrichissant ! » – Sophie L.

« Grâce à l’alternance proposée par le BPREA de l’École du Breuil, j’ai pu acquérir une expérience terrain solide tout en étant rémunéré. Je me suis rapidement senti opérationnel pour démarrer ma propre exploitation urbaine ! » – Martin P.

Parmi les nombreux projets innovants issus de ces cursus, citons la ferme urbaine verticale Peas&Love dans le 19e arrondissement de Paris. Montée par des diplômés d’AgroParisTech, cette structure de 650 m2 produit chaque année plus de 24 tonnes de fruits et légumes frais distribués localement.

La micro-ferme à Lyon représente une autre réussite exemplaire. Créée en 2020 par une paysagiste-conceptrice et un ingénieur agronome, cette « micro-ferme urbaine » allie production maraîchère bio, espace pédagogique, et lieu convivial ouvert sur le quartier.

Autre   La gestion de l'eau dans une maison écologique

Valoriser son profil et décrocher un emploi

Avec le boom de l’agriculture en ville, les opportunités professionnelles se multiplient pour les diplômés des formations spécialisées. De nombreux postes de techniciens agricoles urbains, chargés de projets, responsables d’exploitations ou encore consultants en développement territorial sont à pourvoir chaque année.

Les employeurs potentiels ? Des start-ups entrepreneuriales, des entreprises d’aménagement paysager, des bureaux d’études, des bailleurs sociaux, des collectivités territoriales… Chacun à leur niveau, ils recherchent des talents capables de mener à bien des installations agricoles sur des sites atypiques.

Pour valoriser son profil, rien ne vaut une solide expérience pratique. C’est pourquoi la plupart des formations en agriculture urbaine privilégient les phases d’alternance en entreprise, de stages ou même la conduite de projets concrets. Avoir déjà monté, géré ou pris part à une exploitation urbaine constitue un sérieux atout.

Autres compétences clés recherchées : maîtrise des outils numériques (SIG, conception 3D, data), aisance relationnelle, capacité d’organisation et de travail en équipe pluridisciplinaire, créativité… Un sens de l’innovation et un véritable engagement pour le développement durable sont aussi très appréciés.

Se former en continu et approfondir ses connaissances

Former aux métiers de l’agriculture urbaine, c’est préparer à exercer dans un secteur bouillonnant, en constante évolution technique et réglementaire. Pour rester à la pointe et cultiver son employabilité, la formation continue est indispensable.

Que ce soit pour se spécialiser davantage, élargir ses compétences ou simplement se tenir informé des dernières avancées, de nombreux organismes proposent des programmes dédiés. L’AFAUP (Association Française d’Agriculture Urbaine Professionnelle) répertorie par exemple plus de 70 formations courtes, certifiantes ou non, en France.

Parmi les thématiques plébiscitées : permaculture appliquée, construction de serres urbaines, agriculture verticale, design alimentaire, logistique urbaine des circuits courts… De quoi répondre aux attentes des agriculteurs urbains comme des chargés de mission en collectivités.

Alors n’attendez plus pour vous former et saisir les formidables opportunités offertes par ce secteur d’avenir ! L’agriculture urbaine, plus qu’une simple tendance, s’impose comme un véritable fer de lance de la transition écologique et alimentaire à venir.